Actualités

En cours:

  • Inventaire des zones humides les prospections 2017 sont terminées. Pour en savoir plus, consultez le blog dédié . Vous pouvez également retrouver ici les cartographies issues des prospections de l’année 2016 (11 communes terminées). L’élaboration des cartographies suit son cours et les communes inventoriées dans le courant de l’année 2017 seront mises progressivement en ligne.
  • Stage d’étude sur la compréhension des phénomènes de mousses sur la rivière Aveyron: Léo FONTES, dans le cadre de sa Licence Professionnelle “Aménagement et Gestion des Ressources en Eau” travaille actuellement sur les origines et mécanismes de transferts dans la rivière Aveyron.
  • Travaux: sur la plaine de Nostre Seigne (Rodez Agglomération), démarrage prochain du chantier en aval du pont de Roquenoubal à Compolibat, et plantations et clôtures de la tranche N°3 sur les secteurs aval.

Octobre 2017: Travaux sur le ruisseau de St Félix

Les travaux de renaturation sont en cours sur le ruisseau de St Félix: Recharge granulométrique, reprofilage de berge et fascine végétale.

Mardi 26 Septembre 2017: Arrachage de la Jussie à La Fouillade

Pour la 2ème année consécutive, le SMBV2A a organisé une journée d’arrachage de la Jussie, plante invasive, sur le plan d’eau du Crouzet, Commune de La Fouillade. Les résultats de la première opération d’arrachage étaient plutôt encourageants, puisque nous avons pu observer un taux de recouvrement bien moindre cette année. De plus, l’arrachage a fortement été facilité.

L’équipe rivière a été appuyée des élèves de 1ère et Terminale S du lycée François Marty de Monteils. Dans une bonne ambiance, ils ont été particulièrement efficaces dans la réalisation de leur tâche et nous les en remercions.

Rendez-vous au mois de juin pour constater les résultats!

Mercredi 13 Septembre 2017: Enlèvement d’embâcles à Bertholène

L’équipe rivière a procédé à l’enlèvement d’environ 60 m3 d’embâcles, occasionnés par la chute de peupliers dans l’Aveyron à Bertholène. Il est préconisé aux propriétaires de peupliers arrivés à maturité ou dépérissants, situés en bordure de rivière, de les couper à titre préventif, en vue d’éviter qu’ils n’occasionnent d’éventuels dégâts sur les ouvrages en aval (ponts notamment).

Leur remplacement par des plantations d’essences adaptées en bordure de cours d’eau en premier rideau de végétation pourra être étudié avec votre technicien de rivière.

Mercredi 6 Septembre 2017: Succès pour la pêche de sauvegarde du plan d’eau de Saubayre

Ce mercredi matin, professionnels (SMBV2A, fédération de pêche de l’Aveyron, Association Ayga), bénévoles, élus et agents territoriaux étaient présents au plan d’eau de Saubayre, pour participer à la pêche de sauvegarde du poisson consécutive à la vidange de la retenue.

Cette opération est plus particulièrement liée aux travaux d’optimisation environnementale et hydraulique du plan d’eau qui se déroulent depuis la fin août jusqu’à fin octobre.

Les conditions météorologiques de ces derniers jours, avec un rafraîchissement important par rapport à la semaine précédente, ont permis de réaliser cette pêche au filet dans une situation optimale. Environ 500 Kg de poissons et crustacés ont été récupérés dans d’excellentes conditions sanitaires, et pour majeure partie relâchés dans les eaux de l’Aveyron à Najac : gardons, tanches, perches, carpes. Enfin, 60 Kg d’espèces indésirables (perches soleil et écrevisses signal) ont été éliminées. A noter que 90% des poissons présents dans le plan d’eau ont ainsi pu être récupérés, ce qui est une véritable prouesse compte-tenu des contraintes en présence.

Il est rappelé que pour des raisons de sécurité, l’accès au plan d’eau est strictement interdit pendant la période des travaux.

Septembre 2017: Coup d’envoi de l’étude “Zéro Pesticides” sur des communes du bassin versant Aveyron Amont

La Loi n° 2014-110 du 6 février 2014, dite « Labbé », interdit depuis le 1er janvier 2017, l’utilisation des produits phytosanitaires dans les espaces verts, forêts ou promenades accessibles ou ouverts au public gérés par les collectivités. Des solutions alternatives doivent par conséquent être mises en place.

C’est dans ce contexte que le Syndicat Mixte du bassin Versant Aveyron Amont, dans le cadre de sa mission d’appui technique, a souhaité proposer à ses collectivités adhérentes, une opération groupée visant à établir leurs plans de désherbage, nécessaires à la gestion des espaces publics.

Le CPIE du Rouergue a été choisi pour accompagner les collectivités dans cette démarche qui consiste à :

  • réaliser un état des lieux-diagnostic des pratiques de la commune en matière d’entretien des espaces ouverts au public dont elle a la gestion,
  • proposer, au sein d’un plan d’actions global, des solutions alternatives au désherbage chimique, selon les espaces à gérer et les moyens techniques et humains qui lui sont propres, dans un objectif d’atteinte du “Zéro Pesticides”.

Cette étude, financée à 70% par l’Agence de l’Eau Adour Garonne, a pour objectifs de :

  • Réduire les pollutions liées aux pesticides sur l’environnement et plus particulièrement sur la ressource en eau et les milieux aquatiques,

  • Préserver la santé publique au sens large : pour les usagers des espaces publics, et pour les agents territoriaux en charge de leur entretien,

  • Faciliter la mise en place des pratiques alternatives pour l’entretien des espaces visant à supprimer l’usage des pesticides.

    Les Communes de Baraqueville, Belcastel, Palmas d’Aveyron, Le Bas Ségala, La Fouillade, La Rouquette, Lunac, Maleville, Mayran, Moyrazès, Najac, Sanvensa, Le Monastère et Sainte-Radegonde bénéficient de cette opération, à l’issue de laquelle des projets de financement de matériel alternatif pourront être étudiés dans le cas du passage au “Zéro Pesticide strict” (y compris sur les espaces dérogatoires définis par la Loi Labbé).

    D’autres collectivités du bassin versant Aveyron Amont avaient déjà engagé les démarches individuellement.

En parallèle, un plan de communication cohérent à l’échelle du bassin versant sera proposé, en vue de sensibiliser la population et de favoriser l’acceptation de la végétation “indésirable”, au profit de la santé de tous, et de la préservation des milieux aquatiques.