Actualités

En cours:

  • Aides aux investissements agro-environnementaux: retrouvez ici les informations relatives à cette mesure d’accompagnement, pour laquelle selon votre situation, le SMBV2A ou la FDCUMA 12 peuvent vous apporter un appui technique et administratif
  • Nouvelle offre de stage: Bilan du Contrat Territorial Serènes

 

Une journée technique Serène autour de la gestion des zones humides

La rencontre technique Serène 2018, articulée autour de la thématique de la gestion des zones humides à l’échelle des exploitations, a réuni environ 35 participants. La journée s’inscrivait notamment dans le prolongement de la diffusion de la fiche technique dédiée à ce thème auprès des 290 exploitants agricoles du bassin de la Serène. Elle s’est déroulée en partenariat avec l’Adasea d’Oc (CATZH 12), l’Agrocampus La Roque, la Fodsa (GDS Aveyron), et l’Agence de l’eau Adour Garonne.

Selon les données issues de l’inventaire des zones humides (réalisé par le SIAV2A/SMBV2A en 2016 et 2017) le bassin de la Serène renferme 157 ha de prairies à caractère humide, ce qui représente en moyenne moins de 2% de la surface agricole utile (SAU) totale du bassin de la Serène. Longtemps relégués au statut de parcelles incultes, ces milieux redorent progressivement leur blason, en lien notamment avec les nombreux services écologiques et économiques rendus, y compris aux exploitants agricoles eux-mêmes.

A travers la matinée en salle, plusieurs intervenants se sont succédé, notamment pour évoquer les  bénéfices de ces milieux (régulation des débits, rôle de filtre, réservoirs de biodiversité…), les résultats des inventaires, ou encore donner des conseils pratiques relatifs à la gestion de ces espaces : pâturage, broyage, fauche… Le témoignage de Jérôme Hercouet, responsable de l’exploitation agricole du lycée de la Roque, a également été apprécié, concernant la ré-ouverture au pâturage d’une prairie humide localisée sur la plaine des Balquières à Onet-le-Château (projet « Nostre Seigne »). Les retours sont pour l’heure très positifs, tant en ce qui concerne la qualité du pâturage que du fourrage récolté sur cet espace humide. Enfin, l’intervention du Dr vétérinaire Céline Pouget de la FODSA, concernant le parasitisme en milieux humides, est venue éclairer les exploitants sur ce sujet important. Il en ressort que bien que certaines pathologies (Grande Douve, Paramphistome) soient davantage inféodées aux milieux humides, des moyens de surveillance et de prévention adapatés existent. Une gestion optimisée des périodes de pâturage est notamment conseillée.

Afin de mettre en pratique les apports théoriques de la matinée, les participants se sont ensuite rendus sur l’exploitation agricole de Jacques Cavalier au lieu-dit La Pendarie à La Capelle-Bleys. Cette dernière a la particularité de renfermer une belle zone humide d’environ 4 ha sur la tête du bassin de la Petite Serène. La gestion mise en place par l’exploitant est particulièrement adaptée, avec l’association du pâturage et du broyage.  Dans ce contexte, plusieurs réponses ont été apportées par les différents partenaires techniques en lien avec les nombreuses questions formulées par les exploitants agricoles.

 

Inventaire des zones humides: les cartes sont en ligne!

L’inventaire des zones humides engagé par le SMBV2A en 2015 est aujourd’hui terminé. Il répond à des objectifs multiples : ces données pourront par exemple être intégrées (à titre non exhaustif), au sein des différents documents d’urbanisme portés par les collectivités locales (PLUi). Elles permettent également de mieux appréhender le fonctionnement du bassin versant, pour une meilleure gestion globale, mais aussi de disposer d’une meilleure connaissance de la biodiversité floristique et faunistique inféodée à ces milieux si particuliers. Plusieurs espèces remarquables ou protégées ont ainsi pu être repérées grâce à ces inventaires.

Enfin, il est rappelé l’importance du maintien d’une activité agricole extensive pour maintenir ces espaces ouverts et diversifiés. Conscients des difficultés de gestion pouvant survenir sur ces espaces fragiles, un appui technique et/ou financier pourra être plus facilement apporté aux exploitants et propriétaires qui en feraient la demande.

Il est précisé que cet inventaire n’est pas exhaustif, et n’a pas de portée réglementaire. Toutefois, tout porteur de projet est soumis à la réglementation du fait de l’existence même d’une zone humide, recensée ou non.

Toutes les informations liées à cet inventaire, et notamment les cartographies finales, sont disponibles ICI.

Le repères de crues en reportage (France 3 Quercy Rouergue du 18/10/2018)

Octobre 2018: Poursuite de la renaturation du ruisseau de St Félix

La buse positionnée pour la réalisation du chantier a été supprimée afin de le ré-ouvrir sur la nature. Son reméandrage et l’apport de matériaux dans le lit mineur lui offrent une belle diversité d’habitats, afin d’accueillir la faune aquatique. La plantation d’hélophytes permettra d’accélérer le retour à un aspect naturel des lieux.

Sur ce site, les travaux concernant le ruisseau sont financés via le Plan Pluriannuel de Gestion des cours d’eau. Les mares, pontons et jardins quant à eux, sont intégrés au projet TEPCV (Territoires à Énergie Positive pour la Croissance Verte) de la Mairie de Rodez.

 

5 Octobre 2018: Les lycéens de La Roque à la découverte de Nostre Seigne !

Vincent Miquel a accueilli les élèves du Lycée dans le cadre du partenariat pour la mise en place du plan de gestion de la zone humide par agro-pastoralisme. A cette occasion, ils ont pu découvrir les missions du SMBV2A et le métier de technicien de rivière. Des explications sur le fonctionnement de l’écosystème rivière et plus particulièrement les zones d’expansion des crues et les zones humides leur ont permis de bien comprendre les objectifs et enjeux du projet de partenariat sur le site de Nostre Seigne. Une visite des différents aménagements et actions réalisés ( traitement du pluvial en zone urbaine, problèmes de pollution, traitement de la ripisylve, mise en défens des berges, rampe aménagée, pâturage tournant…) a apporté une touche concrète et pratique à ces apports théoriques.

(voir le lien vers l’animation pédagogique de l’Agence de l’Eau RMC sur la thématique pour aller plus loin sur le fonctionnement des zones humides et la conciliation de leur préservation avec les activités)

5 Octobre 2018: Mon école mon cours d’eau à Bertholène et Agen d’Aveyron

Les élèves des écoles de Bertholène et d’Agen d’Aveyron sont sortis au bord de l’eau, à la découverte de la faune inféodée aux milieux aquatiques. Il était question de loutre, de martin-pêcheur, de cincle plongeur, de truite, mais aussi des libellules, au cycle de vie étonnant… De nombreux invertébrés aquatiques ont d’ailleurs été récoltés par nos pêcheurs en herbe, afin d’évaluer l’état de santé du ruisseau.

En cette période de sécheresse, les macro-invertébrés retrouvés sont essentiellement les plus résistants, marqueurs de cours d’eau de qualité moyenne à médiocre. C’est ainsi que les enfants ont pu prendre conscience de l’importance de préserver la ressource en eau. Ils ont donc proposé de sensibiliser copains et parents aux économies d’eau, par des gestes simples (ne pas laisser couler le robinet lorsqu’on se brosse les dents…)

Septembre- Octobre 2018: Nostre Seigne, broyage des refus et nouvelle rampe aménagée pour l’abreuvement

Les travaux sur Nostre Seigne se poursuivent, avec:

-l’aménagement d’un point d’abreuvement pour le bétail, par l’équipe rivière

– le broyage des refus de pâturage sur la zone humide et les abords de la mare, par le Lycée La Roque, conformément aux prescriptions établies dans le cadre de la convention de partenariat

Très prochainement, les pontons verront le jour, pour le plus grand plaisir des promeneurs…

3 Octobre 2018: Arrachage de la Jussie à La Fouillade

Pour la 3ème année consécutive, l’équipe du SMBV2A a procédé à l’arrachage de la Jussie, plante envahissante, sur le plan d’eau du Crouzet à La Fouillade. Les résultats sont encourageants, puisqu’on observe une nette diminution du recouvrement de la surface par la Jussie, qui reste cependant récalcitrante en tête de plan d’eau.

L’équipe va prochainement tester le désherbage thermique sur les parties les plus sèches (berges et digue).

2 Octobre 2018: Nettoyons l’Aveyron avec les collégiens du lycée Beauregard

Les élèves de 3ème du lycée Beauregard ont réalisé le ramassage des déchets présents sur le lit et les berges de l’Aveyron en aval de Villefranche de Rouergue, sur près de 500 mètres de cours d’eau. D’abord surpris de retrouver des morceaux de plastiques ou de tissus perchés dans les arbres, ils ont rapidement compris que la rivière, milieu dynamique et évolutif, les avait portés jusque là lors de ses crues…

L’opération, sponsorisée par les établissements Leclerc, a permis de soustraire à l’environnement plusieurs dizaines de kilos de déchets plastiques et tissus, 2 machines à laver et de nombreux objets métalliques, qui ont été acheminés jusqu’à la déchetterie par les bénévoles de l’AAPPMA de Villefranche de Rouergue.

Les élèves en ont profité pour bénéficier des explications du SMBV2A sur le fonctionnement de la rivière, ainsi que de l’animatrice de la LPO sur le classement du site Natura 2000.

Septembre 2018: Les écoliers de Flavin, Super-Héros du bassin versant de l’Aveyron

Les CE2 à CM2 de l’école de Flavin ont participé au programme “Mon école mon cours d’eau” coordonné par le SMBV2A, avec l’appui de l’école de pêche de l’Aveyron et le concours du Conseil Départemental.

Munis d’épuisettes, ils ont récolté activement les petites bêtes de la Brianelle, qu’elles soient en surface, au fond de l’eau ou même enfouies dans le substrat.

Ils ont ensuite appris à les reconnaître: Aselles, larves de diptères ou d’éphémères, gastéropodes, têtards, et même l’impressionnante Notonecte, tout aussi bien capable de nager que de voler!

La présence de ces espèces, plutôt résistantes, est signe que ce tout petit ruisseau présente une qualité moyenne à mauvaise. Si petit soit-il, il est pourtant à l’origine de ruisseaux plus conséquents, qui finalement alimentent la rivière Aveyron.

Les enfants, investis de leur nouvelle mission de super-héros des rivières, ont donc proposé des actions qui pourraient l’améliorer: sensibiliser la population et planter des arbres ou arbustes afin de protéger le ruisseau de la pollution et de la chaleur du soleil.

Septembre 2018: Un nouveau technicien pour la Haute Vallée de l’Aveyron

Le SMBV2A a recruté son nouveau technicien de rivière pour le territoire de la haute vallée de l’Aveyron.

Théophile FARGETTE aura notamment en charge la gestion des chantiers en cours de démarrage, sur l’Aveyron à La Loubière/Agen d’Aveyron, sur le Mayroux à Laissac, et sur l’Aveyron à Séverac d’Aveyron.

Pour connaître le technicien référent sur votre secteur et le contacter, rendez-vous à la page “l’équipe technique”

Juillet 2018: Livraison et mise en place des repères de crues

Les repères et échelles de crues sont arrivés! Ce projet, porté par le SMBV2A, concourt à plusieurs objectifs :

  • Entretenir et transmettre la mémoire collective des crues, notamment pour permettre aux riverains de « mieux vivre avec la rivière » (anticipation du risque, réduction de vulnérabilité…)

  • Permettre aux communes de se mettre en conformité avec la réglementation existante prévoyant que « dans les zones exposées au risque d’inondations, le Maire, avec l’assistance des services de l’Etat, procède à l’inventaire des repères de crues existant sur le territoire communal et établit les repères correspondant aux crues historiques, aux nouvelles crues exceptionnelles et aux submersions marines. La commune ou le groupement de collectivités territoriales compétent matérialisent, entretiennent et protègent ces repères » (art.42 de la loi Bachelot n°2003-699 du 30/07/2003)

  • Assurer une mutualisation du projet au travers du SMBV2A permettant de créer une signalétique homogène et d’optimiser les coûts et financements.

Les repères, sur la base du volontariat des communes et communauté d’agglomération concernées par le risque inondation (12 communes dont 3 au travers de Rodez Agglomération), sont en cours de positionnement.

Juillet 2018: Enlèvement des embâcles

L’équipe rivière est intervenue sur les embâcles de l’ensemble de la vallée de l’Aveyron, au droit des ponts de compétence des adhérents du SMBV2A. 18 sites ont ainsi été concernés, depuis Séverac le Château jusqu’à Villefranche de Rouergue, pour l’enlèvement de 415 m³ d’embâcles au total.

Juin 2018: Journée à thème “Trame verte et bleue”

Dans le cadre de la réflexion sur l’élaboration du PLUi du Grand Villefranchois, l’équipe du SMBV2A a participé aux côtés du Syndicat Mixte de la Diège, du CPIE du Rouergue et de l’Association “Arbres Haies Paysages de l’Aveyron”, à animer un tour d’horizon du territoire sur la thématique de la trame verte et bleue.

Ainsi, ont pu être abordées avec les élus et acteurs du territoire, des questions diverses comme la notion de bassin versant, les zones d’expansion de crues en lien avec l’urbanisation, la ripisylve, les haies et leurs fonctionnalités, le rôle de l’agriculture dans la gestion de ces espaces naturels, et la conciliation de l’aménagement d’espaces de loisirs avec la restauration des milieux.

Juin 2018: L’école de Maleville au bord de l’Alzure

Avec la chaleur de cette fin d’année scolaire, les enfants de CP-CE1 de l’école de Maleville ont pu apprécier de faire école au bord de l’eau, avec l’animateur de l’école de pêche et le SMBV2A. Au travers d’ateliers pratiques, ils ont pu aborder la notion de bassin versant, les problématiques des ruisseaux du territoire et les solutions possibles. Les prélèvements des “petites bêtes” de l’Alzure leur ont démontré la biodiversité insoupçonnée des milieux aquatiques.

Enfin, ils ont eu l’occasion de tester en avant première le nouveau jeu de carte à visée pédagogique créé par le SMBV2A, impatients que celui-ci soit rendu disponible.

De nombreuses autres animations sont prévues jusqu’aux vacances, puis à la rentrée, avec les écoles du bassin versant Aveyron amont ayant souhaité participer à l’opération.

Juin 2018: Les écoliers du Monastère à la découverte de l’écosystème rivière

Les élèves de l’école du Monastère se sont rendus lundi 18 juin 2018 à la confluence entre la Briane et l’Aveyron, en compagnie de l’école de pêche de l’Aveyron.

Ils ont pu y découvrir toute la richesse et la fragilité de l’écosystème rivière: larves d’insectes, poissons, végétation rivulaire, sources de pollutions et de perturbation du milieu, pistes d’actions pour vivre avec la rivière en la respectant,…

Mon école mon cours d’eau 2018 se poursuit ces prochaines semaines, et à la rentrée scolaire, avec les écoles du bassin versant ayant répondu à cette opération menée par le SMBV2A avec le cofinancement du Conseil Départemental de l’Aveyron.

 

 Juin 2018: Collégi’ENS à la découverte de la zone humide de Maymac (Rignac)

Les élèves de 6ème des collèges Georges Rouquier (Rignac), Saint-Géraud (Montbazens) et Jeanne d’Arc (Rignac), accompagnés d’ animateurs de la Fédération Départementale des Chasseurs et du SMBV2A, sont venus à la découverte de la zone humide de Maymac et de ses ruisseaux.

Ces sorties, organisées et financées par le conseil départemental de l’Aveyron dans le cadre de sa politique de valorisation des espaces naturels sensibles (ENS), leur ont permis de mieux comprendre le fonctionnement et les enjeux des zones humides et milieux associés: biodiversité, rôle dans la gestion quantitative et sur la qualité de l’eau,…

Ils ont ainsi pu constater qu’il est possible de concilier la préservation de l’environnement et les activités de natures diverses qui gravitent autour, qu’il s’agisse de l’urbanisation, de l’agriculture ou encore des secteurs du tourisme et des loisirs.

 Juin 2018: Réception de la déchiqueteuse acquise par Rodez Agglomération

Dans le cadre des travaux rivière exécutés, de nombreux déchets de coupes et d’abattages sont générés. Leur brûlage est aujourd’hui interdit, et leur broyage s’avère être une bonne alternative permettant leur réemploi local en Bois Raméal Fragmenté (BRF). Cette technique permet de favoriser la régénération des sols, de maintenir l’humidité et réduire l’arrosage, et de limiter le développement d’adventices (et donc le désherbage dans le contexte actuel de suppression des pesticides par les collectivités) que ce soit sur les plantations, les parterres ou aux pieds des haies.

Rodez Agglomération a donc acquis une déchiqueteuse lui permettant de gérer les résidus de l’activité d’entretien des berges des cours d’eau. Cet équipement, d’un coût total de 66 250 euros HT, est financé à 80 % par l’État dans le cadre de l’appel à projets TEPCV (Territoire à énergie positive pour la croissance verte).

Ce matériel sera mis à disposition du SMBV2A au besoin, dans le cadre de la mise en œuvre du PPG du territoire médian, et du partenariat pour les travaux de gestion des embâcles.

Voir la vidéo de la déchiqueteuse en action

Juin 2018: A la découverte des plantes sauvages de la rue, animations ouvertes à tous!

Depuis le 1er Janvier 2017, conformément à la réglementation de la loi dite Labbé, les communes n’utilisent plus de produits phytosanitaires (herbicides, insecticides,…) dans les espaces publics, afin d’améliorer le cadre de vie des habitants et de préserver leur santé et l’environnement.

Le Syndicat Mixte du Bassin Versant Aveyron Amont (SMBV2A) a accompagné plusieurs communes du bassin versant dans leurs réflexions, avec l’appui du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement du Rouergue (CPIE), pour élaborer un plan de gestion des espaces verts prenant en compte cette réglementation, les moyens humains, et en hiérarchisant les espaces et leur fréquence d’entretien. Ces pratiques plus respectueuses de la biodiversité et de la santé humaine entraîneront nécessairement le retour d’une végétation spontanée dans les villes et villages.

Dans ce contexte, le CPIE du Rouergue vous invite lors de 2 évènements, à partir à la découverte des “Herbes folles de nos rues”, que nous considérons trop souvent et à tort comme des « mauvaises herbes ».

 Mars 2018: Plantations et clôtures sur les secteurs aval

Les travaux de revégétalisation et clôtures sont en cours sur l’Alzure et l’Alzou

Février 2018:  Plantations de 250 arbustes sur les berges de l’Aveyron depuis Pessens jusqu’à Ampiac

Au total 643 arbustes ont été plantés depuis cet automne sur le territoire de Rodez Agglomération, sur les berges du l’Auterne et de l’ Aveyron.